Choisir son parquet

Les Parquets de Joli Bois - Chaussée de Bruxelles 562 B-1410 Waterloo (JoliBois)

 +32 2 354 32 34 info@parquetsjolibois.be du Mardi au Samedi de 14H30 à 18H



Choisir son parquet



Recommandations

le choix d’un parquet se fait en fonction de différents critères mettant en

parrallele des questions d’ordre esthétique, technique et financières.

Le choix s’effectue selon les points suivants:


 

L’Esthétique


 

Couleur du bois claire ou foncée ;

- Le veinage;

- La largeur des lames ;

- Le parquet neuf ou ancien;

- La qualité du bois (classement des lames) ;

- Le dessin.


 

L’usage


 

- L'adéquation du parquet avec son usage;

- Le choix du parquet en fonction de la nature du sol;

- Les contraintes techniques ;

- Le choix du type de finition et de maintenance ;

- Les parquets spécifiques.

 

 

                     - Le coût


 

Le coût d’un parquet varie selon un grand nombre de
paramètres:

- La nature de l’essence et la qualité du bois;

- La largeur et la longueur des lames ;

- Le dessin;

- La complexité de la pose;

- Le type de parquet: collé, cloué, flottant;

- Le type de finition ;

- La quantité de parquet à mettre en oeuvre;

- La complexité éventuelle du local;

- Les motifs décoratifs et bordures;


 

L’esthétique


 

La couleur La couleur du bois est la première chose qui vient
à l’esprit lorsqu’on choisit un parquet. En France, les bois blonds priment.
Les trois quarts des parquets sont en chêne. Viennent ensuite le pin maritime,
le châtaignier, le hêtre, l’érable, les bois tropicaux de couleur sombre, à
dominante rouge ou brune. Ces derniers sont souvent associés aux bois clairs
dans la composition des panneaux marquetés. La couleur claire donne une
impression d’espace et de lumière. Un sol foncé donne une sensation de chaleur
et d’intimité. Qu’elle soit claire ou foncée, la couleur d’un parquet évolue
avec le temps. L’action des rayons ultra-violets modifie la teinte du bois neuf
qui aura d’ailleurs déjà subi une première transformation lors du vernissage.
Les bois clairs évoluent vers les tons chauds, ils s’assombrissent un peu,
certains jaunissent sensiblement.


 

Les bois tropicaux ont tendance à brunir ou à rougir. Quelques
essences s’éclaircissent à la lumière du jour, comme le wengé et le
palissandre. Le déplacement d’un tapis sur un parquet neuf après quelques
semaines révèle nettement le phénomène d’oxydation du bois. La surface
découverte, plus claire, reprendra en un ou deux mois la couleur générale du
parquet.


 

Un simple ponçage de la surface permet de retrouver la teinte
d’origine du bois avant oxydation. Sa couleur naturelle peut toujours être
modifiée par l’application de nombreuses teintes qui tendent à le vieillir en
l’assombrissant. Transparentes, ces teintes laissent apparaître le veinage du
bois. La base jaune dorée du chêne limite l’utilisation des couleurs. Protégé
par un vernis, ce traitement a la durée de vie de ce dernier. Cette opération
n’a aucun caractère définitif, puisque le bois retrouvera sa couleur d’origine
après ponçage. 38 Le veinage Quelques bois se caractérisent par leur veinage
très contrasté, comme certaines variétés de chêne. L’olivier est utilisé en
Italie et peu en France.


 

Le noyer a de grandes plages claires et foncées. L’orme, ainsi
que certaines essences tropicales, comme le mutényé ont aussi de forts contrastes.
La largeur des lames La largeur courante des lames est de 65 à 70 mm. Élargir
les lames donne plus de matière et met en évidence la noblesse du bois. La
largeur maximum ne peut guère dépasser 200 mm. Les bois anciens À défaut de
posséder dans son appartement un vieux parquet, les amoureux de l’ancien
peuvent toujours se procurer des parquets fabriqués à partir de vieilles
poutres ou de planchers de fermes. Les lames larges et torturées créent une
ambiance rustique. Le classement des lames L’infinie variété du bois en fait
son charme et sa beauté. Les lames qui composent un parquet sont toutes
uniques. Leur couleur est nuancée, leur fil varié, parfois accidenté de noeuds,
de mailles, de « pattes de chats » et autres « queues de vache.
Cette variété explique pourquoi la qualité des parquets fabriqués dans des
essences indigènes a été normalisée par la plupart des pays. Les normes
nationales disparaîtront bientôt pour laisser place aux normes européennes. Les
dessins Bien que la variété des dessins soit très grande, on constate que le
choix de la clientèle se limite souvent seulement à quelques modèles: parquets
à l’Anglaise, à point de Hongrie ou à bâtons rompus pour les plus courants. Le
parquet de Versailles pour les plus décoratifs est le plus connu des parquets
du XVIIIe siècle.


 

- Les parquets à bâtons rompus ou à damiers, encadrés ou non,
sont actuellement peu demandés, la préférence allant plutôt vers les parquets à
[’Anglaise, plus sobres et plus contemporains. – Les panneaux dits à la
Française sont typiques du XVIIIe siècle. Ils sont présents dans de nombreux
châteaux et hôtels particuliers. Ces parquets de prestige exigent un décor
raffiné que seuls quelques privilégiés peuvent s’offrir. – Les parquets
marquetés souvent dessinés pour une unique réalisation, sont constitués d’un
mélange de nombreuses essences de bois indigènes et tropicaux de 4 à 5 mm
d’épaisseur. Ils sont collés sur un panneau support. Ces parquets ont trouvé
leur apogée dans la Russie du XIxe siècle. Ils ont aujourd’hui un caractère
historique. Leur fabrication est souvent limitée au simple remplacement de
parquets vétustes.


 

Le parquet et son usage


 

L’adéquation du parquet avec son usage Si l’esthétique d’un
parquet est le premier critère de choix, il est indispensable de tenir compte
de certaines caractéristiques techniques déterminant l’usage souhaité. La
dureté de l’essence retenue et l’épaisseur de la couche d’usure constituent
deux paramètres importants qui dirigeront le choix du parquet vers un usage
défini. Le centre scientifique et technique du bâtiment (C.STB) a depuis
quelques dizaines d’années, mis au point un classement d’usage des revêtements
de sols appelé U.P.E.C. U représente l’usure, P le poinçonnement, E la tenue à
l’eau, et C la tenue aux agents chimiques. E et C ont été classés
respectivement de niveau 1 et 0 (El-CO), le parquet étant considéré comme
vulnérable à ces deux agents. Les classements U et P ont été établis en
fonction de l’usure U, et de l’épaisseur «e » du parement des lames. Quant
au poinçonnement P, il était limité au niveau 2 (P2). U2 2mm < 4,5 mm U2s
4,5 mm < e < 7 mm U3 7mm


 

Les contraintes techniques


 

Le choix du parquet doit également tenir compte des
contraintes techniques suivantes:


 

- Existe-t-il un sol chauffant ou rafraichissant ?


 

- Quelles sont les améliorations acoustiques à apporter?


 

-Le parquet choisi est-il compatible avec un éventuel
classement au feu des locaux ?


 

Le choix du type de finition et de maintenance Dans les locaux
à grande circulation, on préfèrera une solution huilée, régénérable, à un
vernis filmogène. On procède à un ponçage et une immobilisation du local
pendant le séchage du vernis. Un tapis brosse largement dimensionné permet
d’accéder aux zones parquetées, semelles propres. Les parquets, posés en
rez-de-chaussée, à proximité des zones extérieures, sont agressés par des
particules abrasives: l’eau et parfois le sel en hiver. Il s’ensuit des effets
indésirables : rayures, usure prématurée du vernis, traces de pas. li est en
conséquence, préférable de choisir un parquet plutôt clair, les teintes foncées
étant beaucoup plus salissantes.


 

On exclura bien sûr, toute mise en teinte sombre d’un parquet
d’essence claire, comme le chêne. Les parquets spécifiques Le choix d’un
parquet est parfois lié à la fonction de certains locaux. Les différents types
de parquets pour salles spécialisées sont énumérés dans le tableau ci-contre et
développés dans le chapitre suivant. Conclusion Lorsque les critères de choix
évoqués auront été analysés, on pourra choisir entre la pose d’un parquet cloué,
collé ou flottant.


 

Le chêne français contre le chêne chinois.


Le Chêne Français possède de nombreuse qualité parmi elles, une densité des plus élevées, ceci est principalement une raison géographique, de régions généralement plus sèches, il mettra également plus de temps pour arriver à maturité suffisante à une exploitation en parquets et planchers (50 à 80 ans) sa texture offrira une grande régularité dans sa teinte et ses choix se définiront en quatre voire cinq choix différents, le fermette, le rustique, le prime bis et le premier choix, plus rarement on trouvera du surchoix, fruit d’une sélection toute
particulière, de manière générale sa stabilité tant visuelle que physique le
placera au dessus de tout autre bois indigène.


Un Chêne Français massif vous suivra toute votre vie durant et les travaux périodiques de rafraîchissement seront espacés de 15 à 30 ans suivant le mode de finition, c’est également un placement sûr générant une hausse non négligeable de la valeur vénale de votre bien immeuble.


Le Chêne Chinois à quand à lui d’autres origines que la Chine, le Chêne employé est d’origine Européenne (Pologne, Bulgarie, Roumanie, etc..) mais de régions beaucoup plus humides, ce qui occasionne au final un Chêne contenant beaucoup plus d’air (jusqu'à 100kg de différence au mètre cube de bois), il sera donc plus fragile et les objets contondants qui tomberont accidentellement dessus occasionnerons des coups plus profonds.


On trouvera en grande majorité ce Chêne en parquets multicouches avec un support qui le stabilisera, car la stabilité n’est pas son fort, les contraste de teintes seront également légions avec un veinage tigré parsemé de nombreux défauts et nœuds, on trouvera généralement ce Chêne dans deux choix, le A-B et le C-D, voire même quelques fois dans un choix unique.


Fréquemment des finitions teintées essayeront de masquer ces défauts d’un bois coupé jeune contenant même régulièrement de l’aubier, zone tendre et blanchâtre proche de l’écorce.


Dans un calcul de budget serré pour une habitation familiale, on sélectionnera de préférence des parquets massifs en Chêne Français pour les pièces d’habitation de jour tel le séjour, cuisine et bureau, ainsi on pourra poser un parquet multicouches « Chinois » dans les chambres et autres pièces de moindre
sollicitation pédestres.


Hélas, de grands doutes existent encore concernant les colles d’assemblages et autres vernis ou huiles employés à la fabrication des parquets Chinois, formaldéhydes et solvant dangereux sont monnaie courantes et la véracité des informations fournies par la Chine sont loin de pouvoir contenter nos règles éthiques et écologiques, c’est pourquoi l’on trouvera fréquemment ces parquets en distribution dans les grandes surfaces, marchands de tapis et autres négociants bois, tous dans l’impossibilité de fournir une quelconque garantie éthique ou écologique, voire bien souvent aussi sans garantie sur la solidité ou la stabilité.


Nous ne pourrons toujours que conseiller de vous tourner vers un véritable parqueteur, bardé de ses nombreuses connaissances, faisant partie d’un label de qualité (www.lesparqueteurs.eu)  toujours à la pointe des dernières
technologie et progrès écologiques, il vous garantira une pleine satisfaction
d’un revêtement de sol dont la chaleur visuelle vous baignera dans une
satisfaction de tout les jours.

 

Source : Thierry
Ransy, expert en parquets.

 

COMMENT CHOISIR LA COULEUR D'UN SOL STRATIFIE ?

CONSEILS POUR CREER UNE ATMOSPHERE



Les couleurs déterminent en grande partie l'ambiance d'un intérieur. Au niveau
optique, les tons du sol, du plafond et des murs ont un impact majeur sur la
sensation d'espace.

 

Par conséquent, le choix d'un sol ne se fonde pas uniquement sur une préférence de couleur. Chaque
espace est différent et requiert une approche spécifique en fonction de l'effet
voulu.

 

CLAIR OU FONCE?

 

Les tons clairs agrandissent
l'espace, les foncés le rétrécissent. C'est de notoriété publique, mais quel
est le rôle joué par le sol?

 

Sols clairs:

Si la peinture de votre pièce est sombre et que vous voulez l'éclaircir, optez pour un sol plus clair. Les sols clairs réfléchissent la lumière. L'espace semblera un peu plus lumineux et plus grand. Les teintes claires donnent une impression de pureté, de tranquillité et d'intemporalité. Combinées aux couleurs froides d'un mur, elles font un effet sévère. Mais n'exagérez pas: à l'ouest et ou nord, plus blanc est le sol, plus froide est l’atmosphère. Les meubles sombres et
les planchers de bois clair s'accordent bien et donnent un résultat surprenant.
En outre, les sols pâles s'associent bien à différentes couleurs.



Sols
foncés:



Les sols foncés constituent une
base idéale pour créer des contrastes. Ils se combinent parfaitement aux murs
clairs ou à d'autres
couleurs foncées utilisées en accentuation ou en accessoire. Evitez le blanc
dur et préférez les dérivés, tels le blanc cassé ou le blanc légèrement pigmenté.
Vous pouvez très bien rafraîchir la pièce en y intégrant des accessoires singuliers.
Trop de couleurs foncées débouchent sur un résultat sombre, au détriment de la
lumière et de l'ambiance.



QUELS
MEUBLES?



Veillez à ce que la couleur du sol soit deux tons plus
claire ou nettement plus foncée que celle des meubles.

Un sol et un mobilier de même couleur les sépare. Sur un plancher de
couleur neutre, comme le chêne verni naturel, inutile de s'inquiéter de la
combinaison avec un mobilier d'essence beaucoup plus foncée, telle le wengé ou
le noyer. Les meubles laqués blancs, très pâles, sont ici mis en valeur. Des
meubles en bois clair, associés à des murs et à un sol clair installent une
atmosphère sereine. C'est la solution de sécurité, mais elle fait courir le
risque d'avoir un intérieur assez dépourvu de caractère. Trop de ton sur ton
est monotone.



QUELLE
AMBIANCE?

• Les tons jaunes-beiges
procurent un sentiment de chaleur, de convivialité et d'optimisme. Les sols au
design chêne, hêtre ou érable confèrent un rayonnement chaud à une pièce
sombre.

 Les sols rouges-orangés apportent énormément de chaleur dans une
pièce. Souvent, ces couleurs sont associées à des accents jaunes.



• Une teinte brune, surtout au
sol, indique le lien avec la terre.



Elle doit toujours passer au
second plan par rapport aux murs. Le brun étant composé de plusieurs autres
couleurs, il s'accorde à de nombreux autres tons. Le brun n'est pas ennuyeux.
Il ouvre toutes les possibilités vers différents types d'intérieurs, à
condition que suffisamment de lumière pénètre dans la pièce pour bien le faire
ressortir.



On combine parfois les couleurs
complémentaires entre sol et murs, ce qui crée un contraste. Dans d'autres cas,
vous pouvez opter pour le ton sur ton, c'est-à-dire une association de couleurs
de mêmes teintes, mois de nuances plus claires ou plus foncées.

Ceci peut donner un résultat très harmonieux, mais tend vite à la monotonie.

 

ET LES
COULEURS VIVES?

Les sols d'essences tropicales
sont très chauds.

Pensons au Quick-Step Merbau, à l'Afzelia Doussie, au teck verni naturel, etc.

Etant donné que ces essences
sont très 'vivantes', il est parfois difficile de trouver des meubles et
revêtements muraux assortis.

Un conseil: rendez vos murs chauds et neutres, par exemple avec des teintes de blanc ou dérivées.


INFLUENCE
DE LA LUMIERE

Les couleurs font une impression
différente au crépuscule, en plein soleil ou éclairées artificiellement. Il est
donc important de s'attarder sur les sources lumineuses dans la pièce .

Les couleurs claires réfléchissent la lumière, les tons foncés l'absorbent.

Document Quick-Step

Les Parquets de Joli Bois - Chaussée de Bruxelles 562 B-1410 Waterloo (JoliBois)

 +32 2 354 32 34 parquets@skynet.be du Mardi au Samedi de 14H30 à 18H