L'entretien des parquets

Les Parquets de Joli Bois - Chaussée de Bruxelles 562 B-1410 Waterloo (JoliBois)

 +32 2 354 32 34 info@parquetsjolibois.be  du Mardi au Samedi de 14H30 à 18H

L’ENTRETIEN EN BON PERE DE FAMILLE

 

Le bois, produit de la nature, doit se conserver avec vigilance pour en jouir le plus longtemps possible et c’est la raison qui nous incite à mettre par écrit toutes les règles connues de nous mais pas toujours du grand public.

Le bois mis en œuvre dans votre domicile est séché de manière optimale au préalable pour un usage intérieur ; vous éviterez de laisser toute humidité excessive de l’air pénétrer dans votre habitation en laissant, par exemple, toutes les portes et fenêtres ouvertes par temps de pluie ou de ne pas chauffer les pièces durant de nombreux mois ; ce qui pourrait provoquer des déformations anormales des bois mis en œuvre.

Des variations constantes et importantes de l’humidité de l’air auront automatiquement une grande influence sur votre parquet. Par humidité très élevée, votre parquet se dilatera, alors que dans un environnement trop sec, le parquet se rétrécira et de micros fissures ou petits joints se formeront entre les planches. Ceci s’explique par le fait que la masse volumique du bois est principalement déterminée par des cellules qui peuvent ou non contenir de l’eau.

Certaines essences de bois peuvent être plus sensibles aux variations hygrométriques.

Le séchage de l’air que votre chauffage central peut provoquer doit automatiquement être compensé par l’ajout d’humidificateurs soit de vases à eau accrochés aux radiateurs, de plantes exotiques à profusion ou d’appareils électriques spécifiques à cet effet ; tous ces accessoires permettent simplement de maintenir un taux d’hygrométrie constant de 40 à 70 % d’humidité relative dans l’air, ce qui est nécessaire tant pour votre santé que pour tout matériau mis en œuvre dans votre domicile.

Les possesseurs de parquets disposeront dans chaque pièce un hygromètre d’intérieur permettant une constatation de l’humidité relative de l’air et donc une réaction aussi rapide que possible pour rectifier une éventuelle baisse ou hausse excessive de celle-ci.

Les mouvements du bois, micros fissures, fines fentes entre les lames, etc. sont des mouvements normaux d’un matériau vivant, ils sont plus souvent présents sur des bois exotiques ou sur des bois européens excessivement nerveux tels le hêtre, l’érable, etc. Un bois de salle de bains, pouvant résister à un haut taux d’humidité supportera moins bien une ambiance trop sèche. Notamment au niveau de l’aspect visuel, car une fois l’humidité ambiante retrouvée, il reprendra presque entièrement sa forme initiale.

La ponctualité des mouvements variera aussi en fonction de la finition, qui permettra ou non une plus grande respiration du bois, ainsi une finition huilée et / ou cirée permettra une grande respiration et rendra les mouvements du bois très ponctuels et rapides alors qu’une vitrification maintiendra nettement plus longtemps une stabilité aux différences hygrométriques.

L’oxydation du bois est différente pour chaque bois et seul le professionnel pourra vous guider sur l’évolution de la teinte d’un bois ; certains bois jaunissent avec la lumière dans le temps. D’autres bois tropicaux rougissent, brunissent ou même s’éclaircissent (pour le bois noir Wengé par exemple), le choix du traitement peut influencer également la teinte et le vieillissement de celle-ci.

N’oublions pas non plus que chaque rénovation de parquet (ponçage) lui redonnera la teinte initiale d’où l’attrait d’un parquet massif ou semi massif jaunissent : le processus d’oxydation du bois est inévitable mais certains produits de protection peuvent réduire et ralentir cet effet naturel.

Le chauffage central par le sol : un parquet placé sur ce type de chauffage requiert des exigences spécifiques lors de l’arrêt et mise en marche du chauffage afin d’éviter le rétrécissement ou la dilatation excessif du parquet. Il est important de procéder par étapes, étalées sur plusieurs jours, lors de la mise en marche ou de l’arrêt du chauffage jusqu’à un maximum de 30°C de chaleur radiante au sol. Il faut également bien surveiller le degré d’humidité dans l’air comme décrit ci-dessus.

 

La couche de protection de votre parquet dépend de votre choix et se définit comme suit :

 

 
 
_- La vitrification,
 

toujours la plus employée, a des fonctions mécaniques d’anti-abrasion qui feront que votre parquet conservera un aspect satiné ou mat longtemps, une protection efficace contre tout liquide renversé et une facilité de nettoyage à l’eau claire évidente (serpillière légèrement humide non ruisselante). La manière de conserver la vitrification le plus longtemps possible sera de  placer des tapis (paillassons) à l’entrée de la maison permettant d’enlever les sables résiduels de chaussures, d’utiliser des shampooings spécifiques d’entretien à ajouter à l’eau de nettoyage (Cleaner Blanchon)permettant d’atténuer les petites griffes blanchâtres (micros rayures). Une vitrification se renouvelle en moyenne tous les dix – quinze ans et ce dans le cadre d’un usage normal. Pour la conserver longtemps, l’idéal est d’appliquer un « protecteur » ; produit de même marque que le vitrificateur qui s’applique pur  ( Polish Blanchon )et fait disparaître la plupart des rayures et griffes (jusqu’à une certaine limite). La fréquence d’utilisation dépend du local à entretenir : 2 fois par an pour un bureau à 1 fois tous les 2 ans pour une chambre. Le moyenne conseillée pour un living est donc de 1 fois par an. Ce « polish » existe en satiné ou en mat. Attention aux coulées d’eau ou autres produits dans les salles de bains : si le liquide a le temps d’infiltrer les joints, le bois risque de boire le liquide par le chant et de devenir gris à ces endroits précisément avec peut être un petit décollage ou soulèvement du vernis sur les bords des planches.

 

 

-   La mis en cire précédée d’un bouche-pores a fortement évolué dans le temps et l’ajout de cire en pâte ne se fera qu’une fois l’an ( Encaustique professionnelle Blanchon ) . Par contre, sa protection au niveau du renversement de liquide sera toujours délicate et le temps de réaction pour essuyer celui-ci, devra être rapide. L’utilisation d’une cireuse donnera toujours une patine fort appréciée et incomparable. Le rafraîchissement d’une mise en cire se fera soit par un simple dégraissage à la paille de fer, soit par un reponçage complet. Le petit entretien à la cire peut se faire plus fréquemment mais avec de la cire liquide (plus facile à appliquer et « charge » moins le bois). Cette fréquence est à adapter à votre convenance.

 

 

 
 
_mise en huile
 

-   La mise en huile fort appréciée pour son aspect écologique, rendra un parquet réellement plus dur et donc plus résistant aux chocs ou sollicitations intensives, seulement sa résistance à l’abrasion le rendra griffé de manière plus rapide et nécessitera un entretien intermédiaire par une couche d’huile d’entretien suivant l’huile de base choisie ( l'huile d'entretien Blanchon existe également en blanc )à raison d’une fois par an maximum. L’entretien quotidien des parquets huilés se fera avec un savon 100 % naturel à diluer dans un seau d’eau claire.( Savon Naturel des parquets huilés de Blanchon )  Ce savon est spécifique aux huiles de manière à ne pas les agresser.

Vous pouvez opter pour la mise en cire après avoir huilé un parquet mais à partir de ce moment-là, vous devrez entretenir votre parquet comme un parquet ciré (voir plus haut) ; il sera impossible de revenir à l’entretien  à l’huile (sauf si l’on reponce tout).

Retouches – réparations : avec l’huile, vous pouvez plus facilement réparer – retoucher des coups ou des griffes avec des matériaux abrasifs (à choisir suivant la gravité du dégât) et en réappliquant de manière locale deux ou trois couches d’huile adéquate.  A ce moment-là, il est conseillé d’appliquer une couche d’huile d’entretien sur toute la surface complète pour atténuer l’effet visible de la retouche locale.

Taches : il est toutefois possible que des taches de graisse s’incrustent plus facilement dans le bois huilé car cette finition naturelle est très mate et pénètre dans celui-ci en profondeur. Ce qui a pour effet, de laisser de nombreux pores du bois ouverts et donc réceptifs aux corps gras : la profondeur de pénétration de graisse dans le bois dépend  de la rapidité d’intervention pour nettoyer la tache.

Les plantes : faites toujours bien attention de ne pas avoir de pots ou vases de plantes en contact direct avec le bois. Si le pot suinte, fuit, etc. le bois risque d’être imprégné à un tel point qu’il faudra remplacer les lames de parquet. Une soucoupe étanche en matériau plastique peut être idéale.

Saturation du bois à l’huile : pour éviter les problèmes d’encrassement des parquets huilés, il est conseillé d’appliquer un maximum de trois couches d’huile (dépend du type d’huile) sinon l’aspect en serait affecté : trop d’huile brille et donne un effet « vitrifié ».

 

Choisissez bien votre vernis ou votre huile car certains produits, tous incolores naturels, peuvent faire jaunir ou éclaircir un bois (voir échantillons dans notre show room).

 

L’entretien et la durée de vie.

 

-   De par son caractère massif ou semi massif, le parquet permettra plusieurs rénovations et donc une durée de vie plus longue. Néanmoins, une bonne méthode d’entretien permettra d’espacer au plus les périodes entre deux entretiens.

-   La première chose sera donc de faire en sorte que les sables et autres abrasifs fins collés aux chaussures ne parviennent pas jusqu’à la surface de votre parquet par ajout de paillassons aux entrées et par un dépoussiérage régulier.

-   La mise en place d’un hygromètre d’intérieur pour vous permettra de surveiller et maintenir un taux constant de 40 à 70 % d’humidité relative de l’air et si le besoin est, l’ajout d’un (dés-) humidificateur vous permettra de corriger celui-ci.